Tel : +33 (0)7 66 85 14 38


Tel : +33 (0)7 66 85 14 38

Mythes et Réalités autour de l’hypnose pour arrêter de fumer

Mythes et Réalités autour de l’hypnose pour arrêter de fumer

Pour beaucoup, l’arrêt du tabac est très souvent un énorme défi et à la limite du possible. L’hypnose est revenue en force depuis près de 20 ans dans différents domaines et comme alternative pour aider les fumeurs et les fumeuses à se débarrasser de leur addiction. Néanmoins, énormément de mythes ont émergé autour de cette pratique.

Dans cet article que j’ai voulu simple et clair, j’évoquerai des idées préconçues et je les comparerai à la réalité scientifique afin de montrer comment l’hypnose fonctionne vraiment avec l’arrêt du tabac.

J’ai donc sélectionné 4 mythes dont on parle souvent et qui ont la « peau » dure.

Mythe numéro 1 : Avec l’hypnose, on va prendre le contrôle de votre cerveau

- De mon point de vue, il est très important de rétablir la vérité concernant ce premier point.

- Contrairement à la croyance populaire et aussi au fait de ce que l’on voit (trop) souvent à la TV ou en spectacle, l’hypnose n’est absolument pas de la manipulation mentale. En réalité, l’hypnose est un état tout à fait naturel qui arrive chez tout le monde, tous les jours et même plusieurs fois par jour. C’est un état de concentration profonde et de relaxation comme lorsque vous regardez votre série préférée, vous êtes plongé(e) dans un bon bouquin ou vous êtes contemplatif(ve) devant une œuvre d’art. C’est tout bonnement comme lorsque l’on est perdu dans ses pensées et qu’on est dans la « lune ».

- Lors d’une séance d’hypnose, le praticien emmène le client, la cliente vers cet état de conscience modifiée. La personne garde complètement le contrôle de son esprit. Elle reste pleinement consciente et maître d’elle-même. De plus, l’hypnose ne peut en aucun cas obliger une personne à faire quelque chose qui va à l’encontre de ses valeurs, de ses envies et de sa volonté. Malheureusement, le côté sensationnel des émissions TV, des spectacles et des films donne une mauvaise image de l’hypnose et de ses bienfaits.

- En séance, le praticien va donc guider son client, sa cliente vers un état de relaxation profond ce qui lui permet d’être plus ouvert(e) aux suggestions positives envoyées à son inconscient. Ce dernier est garant de la sécurité de la personne et sait ce qui est bien pour lui/elle. Son inconscient ne prendra donc que les suggestions qui lui conviennent comme l’arrêt de la consommation de tabac.

Mythe numéro 2 : L’hypnose fonctionne à la façon de « Hop là, tout de suite, là, ici, maintenant »

- Certaines personnes peuvent ressentir des effets positifs après seulement une séance d’hypnose alors que d’autres, non. C’est ça la réalité. Alors, pourquoi ? Eh bien simplement parce que chacun, chacune vit, évolue et ressent les choses différemment et à sa manière. Donc, on ne peut pas savoir à l’avance comment l’inconscient d’un client ou d’une cliente va réagir aux suggestions positives. Il faut savoir que l’hypnothérapeute est comme un jardinier qui va semer des graines lors de ses séances. Comme la nature est bien faite, toutes les graines vont pousser mais chacune à sa façon et à son rythme.

- A la sortie d’une séance et quelques heures plus tard, des changements peuvent se faire sentir. Parfois, ces changements arrivent plusieurs jours après. L’inconscient, bien souvent, a besoin de diverses répétitions pour amorcer du changement chez quelqu’un et plusieurs séances sont souvent nécessaires pour consolider et ancrer de nouveaux comportements.

- Personnellement, je reçois mes clients et clientes toutes les 2 semaines.

- Pour l’arrêt du tabac, mon protocole se passe en 2 séances uniquement et à 8 jours d’intervalle. Le partenariat que je mets en place avec le fumeur ou la fumeuse est tellement puissant que 80% des gens arrêtent de fumer entre les 2 séances. Quant aux 20% restants, ils réduisent drastiquement leur nombre de clopes par jour.

Mythe numéro 3 : L’hypnose ne fonctionne pas pour tout le monde

- En ce qui concerne l’arrêt du tabac, il y a plusieurs facteurs à prendre en compte. Si le fumeur ou la fumeuse croit qu’en allant voir le magicien/hypnotiseur, il/elle va arrêter de fumer avec un coup de baguette magique, c’est une grosse erreur. Une des premières questions à se poser est : « Est-ce le bon moment pour moi d’arrêter de fumer ? »

- Si la personne vient en touriste parce qu’elle a vu de la lumière, sincèrement elle peut repartir. Car en réalité, personne ne peut l’obliger à arrêter de fumer et surtout personne ne peut lui enlever ses plaisirs de force. Car entre nous, c’est souvent du plaisir pour le fumeur/la fumeuse d’allumer des clopes. Pour la personne qui veut arrêter de fumer, il est extrêmement important que cette volonté vienne du cœur et qu’il y ait un désir profond de reprendre sa liberté. La personne doit être investie dans son arrêt du tabac à 110% car personne ne peut le faire à sa place.

- Le fumeur/la fumeuse doit comprendre que pour qu’il/elle ait un maximum de chance de réussir son sevrage, il/elle doit s’investir autant que le praticien dans le processus. C’est un vrai engagement au final, beaucoup plus que de la motivation. A partir de ce moment-là, il sera beaucoup plus facile de se débarrasser des croyances et des peurs inconscientes du fumeur/de la fumeuse qui font qu’il/elle n’arrive pas à arrêter et qu’il/elle est comme enfermé(e) dans une prison. Prison imaginaire, bien entendu.

Mythe numéro 4 : L’hypnose est dangereuse

- Souvent, on entend dire que l’hypnose est dangereuse. C’est, bien sûr, une croyance erronée. Rappelons que très souvent, on a peur de ce que l’on ne connait pas. Malheureusement, l’hypnose n'échappe pas à la règle.

- Si l’hypnose était dangereuse, il faudrait qu’on nous explique la raison pour laquelle des dentistes et des chirurgiens, par exemple, opèrent à nouveau sous hypnose depuis près de 2 décennies. Dès lors que l’hypnose est pratiquée par un(e) professionnel(le) qualifié(e), certifié(e) et expérimenté(e) lors de séances qui se passent en toute sécurité, tout est maîtrisé et tout va pour le mieux.

- On utilise l’hypnose en travail thérapeutique et/ou médical. Cela peut régler tout ou partie de la problématique énoncée comme l’arrêt du tabac, la gestion du poids, les troubles du sommeil, l’anxiété, le stress, les traumas et phobies etc. Bien entendu, un(e) bon(ne) professionnel(le) se sera assuré(e) au préalable qu’il/elle est la bonne personne pour aider son/sa client(e) et que cela ne relève pas de la médecine. En cas de doute, il faut impérativement que le client ou la cliente voit avec son médecin traitant. Les séances restent basées sur la confiance, le respect, la sécurité, l’écoute et la bienveillance.

Donc, en résumé, voilà ce qu’il faut retenir :

- L’hypnose est un état naturel qui arrive chez tout le monde, tous les jours voire plusieurs fois par jour.

- L’hypnose est utilisée dans le milieu médical depuis plus de 20 ans pour améliorer le confort des patients et patientes lors des interventions.

- L’hypnose pratiquée par un(e) professionnel(le) est sans aucun danger car personne ne peut être manipulé lors d’une séance contre son gré.

En conclusion, je dirai que l’hypnose proposée pour arrêter de fumer est une solution vraiment fiable et viable dès lors que le fumeur ou la fumeuse s’investit dans son sevrage tabagique et que l’hypnothérapeute met toutes ses compétences au service de son client, sa cliente. On appelle ça, l’alliance thérapeutique.

Personnellement, j’appelle ça un partenariat. Pour vous donner une image, c’est comme si nous jouions un double au tennis face à 2 adversaires : Big Tabac et Big Pharma.

Pour gagner la partie, nous devons être de vrais alliés pour leur mettre une bonne râclée afin de rendre sa liberté au fumeur, à la fumeuse.